Réduire la facture énergétique des collectivités

Le président des Eco maires, Guy Geoffroy, encourage la rénovation du parc d’éclairage des collectivités, afin d’optimiser leur budget énergétique et de créer un environnement plus respectueux de la planète.

Quel est l’engagement de votre association, les Eco maires, en matière d’éclairage ?

Notre association, qui constitue le premier réseau de territoires durables, travaille sur l’optimisation de la dépense publique en matière d’énergie. La question de l’éclairage public y est centrale, puisque cette charge représente près de 50 % de la facture énergétique d’une ville.
Eco maires accompagne les mairies dans leurs démarches pour créer un parc moins énergivore et donc plus économique. Nous avons plusieurs solutions. Par exemple, l’élu peut décider de remplacer son éclairage traditionnel par des LED ou des ampoules basse consommation. Par ailleurs, actuellement il est possible d’évaluer les besoins en éclairage via des systèmes de minuteries sensibles au passage humain, pour éviter la sur-illumination. Les nouveaux matériels contiennent notamment des dispositifs pour réduire l’intensité pendant la nuit, en fonction de l’horaire donnée : le tout sans altérer la luminosité nécessaire au travail des agents et à la préservation du sentiment de sécurité des habitants.

Vous avez récemment rénové le parc d’éclairage public dans votre ville, Combs-la-Ville. Quelles ont été les motivations de cet investissement ?

Le dispositif d’éclairage arrivait à terme et nécessitait d’être renouvelé. Nous avons pris la décision de changer, sur une période de huit ans, tout le parc constitué de postes Lux, pour des installations plus respectueuses de l’environnement. Les luminaires mis en place il y a une trentaine d’années se souciaient peu de la pollution lumineuse, à laquelle nous n’étions pas sensibilisés à l’époque. La nuit, le ciel était aussi bien éclairé que le sol.
Aujourd’hui, dans notre commune com- me dans beaucoup d’autres, nous faisons tout pour que les lampadaires soient bien orientés et disposent de lampes LED, dont la consommation d’énergie est moins importante. L’ensemble s’inscrit dans un souci de développement durable, d’économie d’énergie et également de lutte contre tous les gaspillages et la pollution lumineuse.

Malgré le bénéfice de l’économie d’énergie, le montant de l’investissement n’a-t-il pas été un frein à votre prise de décision ?

Un parc d’éclairage doit être rénové tous les trente ans. A Combs-la-Ville, l’équipe municipale a délibérément fait le choix des matériels et des concepts les plus actuels, même s’ils étaient un peu plus chers. Pourquoi ? Parce que nous savions que dès la première année, les objectifs de réduction de dépenses et d’inconvénients collatéraux, comme la pollution lumineuse, seraient massivement atteints.

“Êttre en phase avec l’optimisation énergétique.”

Quelles ont été les réactions des habitants de votre commune ? Ont-ils été satisfaits de la rénovation de l’éclairage public ?

Très régulièrement, le mensuel de notre Commune fait le point sur les travaux visibles et invisibles. Jusqu’ici, aucun habitant ne s’est plaint des nouvelles dispositions, bien au contraire. Les diminutions d’énergies que nous avons mises en place se font pendant une partie de la nuit dans des zones peu sensibles, avec un nombre de cambriolages pratiquement inexistant. Malheureusement, dans notre pays, la majeure partie des vols s’effectue en plein jour et non la nuit. Le risque au niveau de la sécurité des biens et des personnes est négligeable et n’a été soulevé par personne. La lumière produite correspond toujours au même besoin de la population et est en phase avec les ambitions de baisse des dépenses et d’optimisation énergétique.

Top