Quand l’économie sociale et solidaire s’allie à la politique du logement

paris-4119828_1280

Depuis plus de soixante-cinq ans, la vocation du groupe Action Logement, acteur de référence du logement social et intermédiaire en France, est de faciliter l’accès au logement pour favoriser l’emploi. Un entretien avec Bruno Arbouet, directeur général d’Action Logement.

Pourriez-vous présenter le groupe Action Logement ainsi que ses missions principales ?

Action Logement gère paritairement la Participation des Employeurs à l’Effort de Construction (PEEC) en faveur du logement des salariés, de la performance des entreprises et de l’attractivité des territoires. Grâce à son implantation territoriale, au plus près des entreprises et de leurs salariés, ses 18 000 collaborateurs mènent, sur le terrain, deux missions principales.
Construire et financer des logements sociaux et intermédiaires, prioritairement dans les zones tendues, en contribuant aux enjeux d’éco-habitat, de renouvellement urbain et de mixité sociale. Le groupe Action Logement compte 500 filiales immobilières dont 51 ESH et un patrimoine d’un million de logements sociaux et intermédiaires.
Sa deuxième mission est d’accompagner les salariés dans leur mobilité résidentielle et professionnelle. Le Groupe s’attache particulièrement à proposer des services et des aides financières qui facilitent l’accès au logement, et donc à l’emploi, des bénéficiaires, qu’ils soient jeunes actifs, salariés en mobilité ou en difficulté.

Bruno Arbouet - © Benjamin Barda

Bruno Arbouet – © Benjamin Barda

En quoi rejoint-il les principes de l’ESS ?

L’ordonnance de création du groupe Action Logement publiée en octobre 2016 affirme l’appartenance des principales entités du Groupe au secteur de l’Economie Sociale et Solidaire. Le Groupe exerce une mission d’utilité sociale, ce qui se traduit dans toutes ses activités. Il a par ailleurs décidé en 2019 de s’engager résolument dans une démarche de développement durable. Quatre axes principaux d’interventions ont été retenus : favoriser l’accès au logement pour favoriser l’emploi et lutter contre le mal logement, contribuer à la transition écologique et énergétique, œuvrer pour une société plus inclusive et enfin accompagner les territoires tout particulièrement en luttant contre la fracture territoriale.

Construire et financer des logements sociaux et intermédiaires.

Comment ces valeurs s’expriment-elles au sein de vos activités quotidiennes ?

L’une des caractéristiques d’Action Logement est son ancrage territorial. L’action du Groupe est déployée territorialement d’une manière qui assure la cohérence avec les politiques locales de l’habitat notamment dans le cadre des partenariats avec les collectivités territoriales compétentes.
C’est aussi une orientation stratégique forte. Les partenaires sociaux sont convaincus que pour être utile et efficient, il faut intervenir au plus près des besoins du terrain. C’est pourquoi le groupe et ses structures ont mis en place une organisation opérationnelle dans chacune des treize régions, fondée sur le dialogue avec les élus des collectivités locales et les entreprises installées dans ces bassins d’emploi, et dont l’expertise est irremplaçable. Grâce à ce maillage territorial, Action Logement est un acteur unique pour proposer des politiques du logement adaptées aux exigences locales, prenant en compte le volume de la demande, la qualité du patrimoine existant, ou encore la structure de la population en matière d’âge et d’emploi.

Cet ancrage territorial est consolidé par la mise en place d’une représentation politique paritaire au plus près des territoires : 12 comités régionaux et 5 comités territoriaux sont les interlocuteurs des collectivités locales pour renforcer le lien emploi-logement avec le soutien opérationnel de 13 délégations régionales. Par ailleurs, l’organisation territoriale des 51 filiales immobilières du groupe a été structurée de manière à disposer d’outils à l’échelle des régions disposant d’une capacité d’action nécessaire à leur développement.

Quelles sont les conséquences de ce positionnement en termes d’équipes ou de ressources humaines, entre autres ?

En 2019, la nouvelle politique des ressources humaines du groupe Action Logement a poursuivi son déploiement amorcé en 2018 autour de deux axes majeurs : la mobilité interne et le développement des compétences. Pour répondre à la volonté de développer les talents de chacun au service de la performance collective, de nouveaux outils RH ont été mis en œuvre à l’échelle du groupe, au bénéfice des différentes entités, des filiales immobilières et de services. Le groupe propose majoritairement des emplois en CDI à ses collaborateurs : 86,19% d’entre eux en sont titulaires.
Le nombre de CDD (remplacement et surcroît) a baissé en 2019. En revanche, le nombre de contrats d’apprentissage a augmenté de manière significative. Par ailleurs, nous consacrons un budget important à la formation des salariés avec près de 33 000 heures de formation dispensées en 2019. Nous développons aussi une politique RH favorisant la mobilité et la qualité de vie au travail. Outil indispensable à la mise en œuvre de la mobilité, la plateforme id’ALjob est opérationnelle depuis décembre 2018. Ouverte aux 19 000 collaborateurs du Groupe, elle recense tous les postes disponibles au sein des différentes entités, soit plus de 500 en moyenne où chacun est libre de postuler. Autre outil mis en place pour favoriser le développement des compétences, les journées id’ALday. Elles permettent aux collaborateurs de s’informer sur les formations et les postes à pourvoir, de rencontrer les directeurs et les managers et de faire directement acte de mobilité auprès des équipes RH. Cinq id’Alday ont été organisés en 2019 dans les régions réunissant plus de 1 500 collaborateurs. D’autre part, une réflexion a été engagée sur les dispositifs à mettre en place pour prévenir les risques psychosociaux. 0nt ainsi été associés dans un groupe de travail des RH, des managers, des membres du CHSCT, des représentants de la médecine du travail afin de réfléchir aux dispositifs à mettre en œuvre pour prévenir ces risques auxquels il convient d’intégrer également les conséquences des incivilités sur le personnel accueillant du public.

Accompagner les territoires tout particulièrement en luttant contre la fracture territoriale.

Sur quels projets phares travaillez-vous actuellement ?

Nos missions demeurent structurées autour de deux éléments phares, d’une part la convention quinquennale, signée avec l’Etat au printemps 2019 et qui prévoit 15 milliards d’euros d’investissement jusqu’en 2022, d’autre part la mise en œuvre du plan volontaire d’investissement, lancé l’an dernier et qui mobilise 9 milliards d’euros. Dans les deux cas, nous développons dans nos dispositifs une vision forte en matière de responsabilité sociale et environnementale. Nous avons ainsi mis en place une aide, pouvant aller jusqu’à 20 000 euros, à destination des personnes à revenu modeste pour leur permettre de mener à bien des travaux de rénovation énergétique dans leur logement. De même, nous nous sommes engagés pour soutenir la rénovation et la réhabilitation d’immeubles d’habitation, la démolition des immeubles obsolètes ou trop vétustes. Et dans nos activités de construction, les entreprises immobilières du groupe mettent en place des techniques et des process particulièrement innovants pour relever le défi environnemental. Enfin, en relation avec les entreprises, Action Logement renforce au quotidien le lien entre l’emploi et le logement et recherche ainsi des impacts sociétaux positifs. Si disposer d’un logement ne garantit pas mécaniquement d’accéder à un emploi, à l’inverse, ne pas disposer d’un toit est un frein absolu à l’inclusion dans le monde du travail.

Top