« Le primat de l’idéologie sur la connaissance rationnelle »

Le négationnisme économique

Dans leur ouvrage polémique, Pierre Cahuc et André Zylberberg tentent de percer à jour le « négationnisme économique » qui, inspiré de la logique de l’industrie du tabac à partir des années 1950, cherche à semer le doute chez le public sur la fiabilité des publications scientifiques.

Pour eux, l’économie est une science expérimentale car elle cherche à « mettre en évidence des relations de cause à effet ». Une théorie économique devient fiable après avoir passé le « filtre du contrôle » des spécialistes du domaine. L’objectif est ici de leur redonner la parole.

Pourtant, l’économie comme science est remise en question par les négationnistes qui l’accusent d’être le véhicule de la « pensée unique » ou de l’« opinion dominante ». Ces négationnistes sont des acteurs politiques qui prennent pour vraies des théories économiques jugées erronées par les chercheurs car elles justifient leur idéologie. Les recherches auraient montré, par exemple, que limiter l’immigration ne réduit pas le chômage ou que réduire le temps de travail ne crée pas d’emplois, a contrario du discours de certains leaders politiques. Pour trouver ces résultats, les chercheurs comparent des groupes au sein desquels une mesure a été mise en œuvre avec des groupes où elle ne l’a pas été.

Un « mode d’emploi pour combattre le négationnisme économique » qui a provoqué de nombreux commentaires ; de quoi alimenter un débat déjà très vif.

 

Le négationnisme économique

 

Le Négationnisme économique

Pierre Cahuc & André Zylberberg

Éditions Flammarion

Coll. Essais

240 pages

18 €

Articles liés

*

*

Top