La culture du réseau au coeur des discussions urbaines

C’est à Nancy que se réunissent cette année les communautés urbaines où elles pourront échanger sur les questions de finances, le dialogue rural-urbain, etc. À cette occasion, la ville hôte entend mettre en avant ses plus belles réalisations.

Un entretien avec André Rossinot, Président du Grand Nancy, maire de Nancy, ancien ministre

Vous accueillez les 40es Journées des communautés urbaines de France. En quoi est-ce important pour le Grand Nancy ?

 

Parmi les plus anciennes structures intercommunales de France, le Grand Nancy, se réjouit d’accueillir pour la deuxième fois cet événement. Quarante ans, c’est l’âge de la maturité pour les communautés urbaines qui constituent l’échelon de gouvernance et le niveau de responsabilité le mieux adapté. Conciliant proximité et taille critique suffisante pour promouvoir une déclinaison du développement durable dans les domaines stratégiques. Fier de son histoire et de sa culture humaniste, le Grand Nancy a toujours su anticiper les enjeux de l’avenir, bousculant les idées du passé. C’est ainsi qu’il a joué un rôle moteur dans la création du premier pôle métropolitain de France au bénéfice de tous les Lorrains, avec les villes et agglomérations de Thionville, Metz, Épinal et Nancy. Cette culture de travail en réseau est l’essence même des Journées des com-munautés urbaines de France. L’occasion de partager nos expérimentations et nos bonnes pratiques, tout en mesurant le chemin parcouru par le fait intercommunal.

 

Justement, quels thèmes majeurs seront abordés durant ces journées ?

 

Ces journées permettront d’évoquer des questions au centre de nos préoccupations quotidiennes. Un atelier sera consacré au projet stratégique partagé entre l’enseignement supérieur, la recherche, le monde économique et les territoires. La naissance de l’Université Lorraine, pierre angulaire de la construction du pôle métropolitain a été ainsi le fruit d’un travail sans relâche mené par les collectivités, au premier rang desquels le Grand Nancy. Forte de 65 000 étudiants, cette institution est issue de la fusion de quatre établissements d’enseignement supérieur de Metz et de Nancy. Le deuxième thème qui sera abordé sera le dialogue urbain-rural. La mise en œuvre des lois Grenelle, qu’il s’agisse de ses volets urbanisme, biodiversité, climat ou énergie, implique, en effet, des interactions entre les différents territoires, afin de répondre aux enjeux du développement durable. Le dernier thème, particulièrement d’actualité en Lorraine, traitera du lien entre les industries et les territoires. À titre d’exemple, le Grand Nancy expérimente actuellement une nouvelle manière de fédérer l’ensemble des acteurs de l’aménagement urbain, en lien étroit avec la Chambre de commerce et d’industrie territoriale de Meurthe-et-Moselle, l’Université de Lorraine et les différentes unités de recherche d’excellence sur la Technopole Renaissance au cœur d’une friche industrielle en pleine mutation.

 

Des “visites professionnelles” sont proposées aux participants. Dans quel but ?

 

C’est là encore l’occasion de partager nos pratiques en se fondant, à titre d’exemple, sur les grands projets que porte le Grand Nancy qui portent une seule ambition : allier l’humain et l’urbain. C’est le cas notamment du programme de rénovation urbaine d’ampleur inédite, (notamment sur le Plateau de Haye) qui a reçu le Grand Prix national Éco-quartier et très récemment le prix de l’aménagement urbain 2012 décerné par le Groupe Moniteur dans la catégorie “Grandes villes et territoires métropolitains”. Le jury a d’ailleurs salué son artisan, Alexandre Chemetoff, architecte, paysagiste et urbaniste.

 

Dans l’esprit de l’École de Nancy, le pôle ARTEM réunira sur le même campus des créateurs, des ingénieurs et des managers. Enfin, avec l’arrivée du TGV Est européen, le quartier gare est devenu la première porte d’entrée de l’agglomération avec neuf millions de voyageurs par an. Vecteur d’attractivité mais aussi trait d’union entre le centre-ville commerçant, le quartier Renaissance et la place Stanislas, l’éco-quartier Nancy Grand Cœur invente une nouvelle gouvernance. Au cours de ces visites, mais aussi sur l’ensemble des journées, il ne s’agit pas seulement de montrer des réalisations, mais de partager les expériences avec les élus et les agents venus de toute la France. En sa qualité d’hôte, le Grand Nancy veillera à placer le dialogue et l’échange au cœur des rencontres.

Top