François Fillon : plus que jamais candidat ?

France.Paris Le 2017/03/01Francois Fillon declaration de son QG de campagne de sa  convocation chez les juges en date du 15 Mars 2017.Francois Fillon pendant sa déclaration a la presse et Equipe de Francois Fillon Francois Baroin et Bruno Retailleau et Valerie Pecresse

L’ancien Premier ministre l’a bien compris, la meilleure défense c’est l’attaque. Après avoir annulé à la dernière minute sa visite au Salon de l’Agriculture, François Fillon a annoncé sa mise en examen imminente depuis son QG de campagne à Paris.

L’ambiance était électrique ce matin. Après 31 minutes de retard, François Fillon a finalement levé le doute sur les rumeurs de son retrait de la présidentielle. En dépit de sa convocation en vue de d’une mise en examen dans le cadre de l’enquête sur les emplois présumés fictifs de son épouse, l’ancien ministre a annoncé qu’il resterait bel et bien dans la course à l’Elysée. « Je ne céderai pas, je ne me retirerai pas » a-t-il martelé en dénonçant ce qu’il qualifie d’« assassinat politique ». « Ce n’est pas moi seulement qu’on assassine, c’est l’élection présidentielle. (…) C’est la voix de millions d’électeurs qui est muselée ». Refusant de reconnaître les faits, François Fillon a voulu s’en remettre « au peuple français et à lui seul », ajoutant que « la France est plus grande que (ses) erreurs. »

Cet appel à la résistance n’a pourtant pas fait l’unanimité au sein de son parti. A commencer par Bruno Le Maire, qui met en cause le revirement de François Fillon alors qu’il avait promis le 26 janvier de retirer sa candidature dans le cadre d’une mise en examen. « Je crois au respect de la parole donnée. Elle est indispensable à la crédibilité de la politique. Elle est la condition nécessaire pour mener les efforts de redressement de la France » a écrit le député de l’Eure dans un communiqué pour annoncer qu’il renonçait à ses fonctions auprès du candidat LR. S’en est suivi un certain effet boule de neige parmi ses proches. Arnaud Robinet s’est lui aussi immédiatement retiré, pour consacrer son « énergie » à la ville de Reims dont il est maire. Un retournement de situation qui pose surtout la question de la suite que prendra la campagne présidentielle de François Fillon, dont les dernières semaines ont davantage servi à se justifier de l’affaire « Pénélope » qu’à conquérir de nouveaux électeurs. 

 

Image en Une : © Vernier/JBV NEWS

Articles liés

*

*

Top