L’édito de Jean-François Bège articles

France. Paris le 2015/11/27
Ceremonie hommage aux victimes des attentats de Paris dans la cour de Hotel des Invalides. Le gouvernement et les responsables des institutions et des partis politiques.
Francois Hollande et Nicolas Sarkozy et Bernard Cazeneuve et Patrick Kanner et Emmanuel Macron et Marylise Lebranchu et Marisol Touraine et Michel Sapin et Najat Vallaud Belkacem et Laurent Fabius et Segolene Royal et Claude Bartolone et Manuel Valls et Gerard Larcher et Anne Hidalgo et Jean Yves Le Drian et Christiane Taubira et Alain Juppe et Gerard Larcher et Francois Fillon et Jean Marc Ayrault et Jean Louis Debre

Quand on n’a que l’amour…

Quand on n’a que l’amour…

Par la simplicité de ses couplets, la si belle chanson de Jacques Brel a apporté un vrai hommage aux victimes. Après le traumatisme national du vendredi 13 novembre, le vertige nous saisit en considérant tout ce qui a pu être dit et écrit. Rien de plus normal, au demeurant, dans le constat que la douleur et l’angoisse conduisent à des flots de verbalisation intensive.

Le bon niveau

Venant très vite après un redécoupage qui n’est pas forcément entré dans tous les esprits, la campagne des régionales aura montré à quel point il est difficile en France de situer le débat démocratique à un niveau autre que national. Dans un Etat aussi centralisé que le nôtre, les mille et un éléments constituant l’actualité

bartolone

Le retour du septennat

Le retour du septennat aurait l’avantage de ne plus nous faire vivre en campagne présidentielle permanente. Il constituerait de ce fait une correction peut-être bénéfique. Mais cela ne saurait constituer la panacée.

hollande

L’Europe oubliée

La conférence de presse de François Hollande a laissé penser à une entrée en campagne. Tout, y compris la référence à un abstrait « jugement de l’Histoire », indiquait le désir, à moins de deux ans de l’échéance, de tenter le pari risqué d’une nouvelle candidature. Ainsi a-t-on pu discerner sur quels sujets et par quelles approches

La campagne permanente

La brume s’épaissit. Par le triple effet du quinquennat, des incertitudes européennes et du  méli-mélo territorial, les Français ont de plus en plus de mal à distinguer vers quel avenir politique notre pays se dirige. Contrairement à un cliché fort répandu, nous ne nous trouvons pas en monarchie élective. Sous un tel régime, le chef

Un saut dans l’inconnu

“L’Europe plus simple” dont rêve François Hollande n’existera jamais, inutile d’entretenir d’illusion à ce sujet. Il sera toujours ardu de s’entendre et de gérer à plusieurs. C’est parce que la construction européenne est complexe qu’elle n’a cessé de représenter un grand projet politique, peut- être le plus beau de tous les temps : arriver à

Manuel Valls loin de l’idéologie

La nomination de Manuel Valls et le discours plutôt réussi de celui-ci à l’Assemblée, le changement de Secrétaire général de l’Élysée, le remaniement aux subtils dosages « hollandistes » : tout porte la signature du chef de l’État dans l’actualité politique de ces dernières semaines. Le président de la République parfois accusé d’indécision a piloté, vissé, boulonné, une

Le retrait de Jean-Pierre Bel

Le président du Sénat, deuxième personnage de l’Etat, a annoncé qu’il tirerait sa révérence en septembre sans que personne ne s’attarde trop à l’événement. C’est un peu surprenant mais c’est ainsi. Un « Sénat de gauche » eût fait en permanence les gros titres si Nicolas Sarkozy avait été reélu et se serait imposé en

Top